You are here:  Navigation > Public space > Notre offre > News
 

Bruno Messina et la bonne note du Festival Berlioz - Trophée d’honneur 2014

Nommé directeur de l’Agence Iséroise de Diffusion Artistique au printemps 2008, Bruno Messina dirige de nombreux événements culturels dont le Festival Berlioz. Musicien, professeur, chercheur, il est aussi devenu le chef d’une entreprise culturelle publique.

Né à Nice en 1971, Bruno Messina a choisi la trompette pour exprimer son amour de la musique. Après le Conservatoire de Nice et le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, il a étudié le jazz et le gamelan javanais, ce qui lui a donné le goût de suivre une formation doctorale en ethnomusicologie à l’Université Paris-Sorbonne. "Il n’est pas de société qui n’ait produit sa musique, de l’ethnie amazonienne à nos sociétés séculaires, commente Bruno Messina. Les musiques me passionnent et je travaille pour les faire partager".

Dans le berceau du compositeur

Sa carrière artistique est riche, toujours imprégnée de ce goût de la diversité et de la passion musicale. Lauréat du Prix Villa Médicis hors-les-murs en 1992 (Java, Indonésie), il mène conjointement une activité de musicien, de chercheur, d’enseignant et de directeur artistique. Intermittent du spectacle de 1994 à 1999, il prend la direction artistique de la Maison de la Musique à Nanterre en 2004, puis celle de l’Agence Iséroise de Diffusion Artistique en 2008. "Une chance extraordinaire !, raconte-t-il. Je voulais inscrire le compositeur dans son Dauphiné natal et donner de l’ampleur à un festival qui met en valeur la musique romantique, faite d’histoires et de paysages. Et aussi intéresser les gens du Nord Isère à la musique classique. Faire venir les passionnés de Berlioz n’est pas difficile, capter un public éloigné des concerts est un défi passionnant". Pari réussi, avec plus de 10 000 spectateurs gagnés ces 5 dernières années.

Le précurseur des festivals

"Je connaissais son œuvre en tant que professeur de musique, j’ai découvert une histoire plus sociologique, inscrite sur ces terres du Dauphiné, poursuit Bruno Messina. Berlioz chasseur offrant un fusil à son métayer, Berlioz exploitant agricole sillonnant ses vignes… Le grand public ne connaît pas toutes les facettes de cet immense compositeur, qui a bouleversé les codes de son époque". Il n’hésite pas à le qualifier de tout premier entrepreneur de musique. "Berlioz ne travaille pas que sur commande des institutions, il produit ses œuvres, cherche des financements privés, c’est un chef d’entreprise !" L’artiste invente aussi la notion de festival, ouvrant les concerts, jusque-là réservés à une élite, à un plus large public.

Le Festival Berlioz qui se tient fin août à la Cote-Saint-André, sa ville natale, célèbre ce grand homme. L’édition 2014 a attiré plus de 25 000 spectateurs, accueilli près de 1500 musiciens et produit 12 concerts symphoniques et 13 concerts de musique de chambre. Bruno Messina est aussi devenu chef d’entreprise. "Nous avons une mission de service public, le Festival est soutenu par les collectivités mais il doit aussi générer sa propre économie, un exercice parfois périlleux car Berlioz aimait la démesure et le Festival est ambitieux !"

Vecteur d’image du Nord Isère, marque culturelle reconnue au niveau international, le Festival a également un impact économique (tourisme, commerces) ; une étude nationale sur l’apport de la culture à l’économie en France* démontre que cet impact a un fort effet de levier, évalué entre 4 à 8€ pour 1€ investi par la collectivité. Aux dirigeants avec qui il échange dans le Club Benvenuto (mécénat), il veut porter un message d’optimisme. "La vie de Berlioz, qui est aujourd’hui l’un des compositeurs les plus joués dans le monde, montre que l’on peut réussir si l’on croit à son idée".

Information

Editor :


Author of the publication :


Title of the publication :


Date of the publication :


Published


Publication :


Business :


Themes :