L’éco-efficience industrielle, levier de compétitivité et de sécurisation des activités

Publication retraçant l’intervention de Nicolas Petit de l’ADEME, le 25 septembre 2014. - Les entreprises s’efforcent de diminuer leur consommation énergétique et pourtant la facture de ces consommations ne cesse d’augmenter. Quant aux matières premières, depuis les années 2000, elles sont de plus en plus onéreuses et la volatilité de leurs prix est devenue très forte. « Il existe une vraie pression sur l’accès aux ressources et de réelles tensions en matière d’approvisionnement », note Nicolas Petit, coordinateur Investissements d'avenir et Politique industrielle de recyclage, à l'ADEME. « Les risques liés à la criticité d’approvisionnement de certaines ressources sont tangibles et ils ne concernent pas des horizons lointains. Cette situation menace un certain nombre d’activités en France et dans le monde. »

Faire rimer sobriété avec compétitivité ou la voie de l’éco-efficience

Le concept d’éco-efficience a émergé en 1992 au Sommet de la Terre de Rio. Le Conseil mondial des entreprises pour le développement durable proposa, qu’à l’instar des organismes vivants, capables de convertir entièrement leurs résidus en matière première ou en source d’énergie, les produits et services deviennent éco-efficients. Au niveau macroéconomique, cette efficience doit se traduire par une augmentation de la productivité et de la rentabilité économiques et une réduction concomitante, et la plus grande possible, des impacts environnementaux. Depuis, la définition de l’éco-efficience a été précisée et élargie à l’organisation de l’entreprise elle-même.

« La compétitivité et la sobriété sont bien les deux enjeux et les deux opportunités de l’éco-efficience industrielle », insiste Nicolas Petit. Pour la consommation énergétique, l’ADEME estime qu’il existe un potentiel de gain de l’ordre de 20 % uniquement via des innovations à moyen terme et la mise en place d’échanges de flux entre entreprises. Cette stratégie en matière de flux est au cœur de l’écologie industrielle, un des concepts associés à l’éco-efficience industrielle, un des outils de sa mise en œuvre à l’échelle d’un territoire. Des industriels, à la fois diversifiés et complémentaires, dont les besoins et intérêts convergent, créent par leurs synergies et leurs partages un écosystème à la gouvernance duquel ils coopèrent. D’autres acteurs peuvent s’associer à cette forme de symbiose. « En France métropolitaine, on dénombre à l’heure actuelle une quarantaine de projets d’écologie industrielle, à des stades de maturité différents », précise Nicolas Petit.

Données chiffrées à l’appui, Nicolas Petit expose les problématiques et risques liés au prix et à la disponibilité des ressources. Il présente ensuite les différents programmes de soutien aux filières industrielles : notamment le programme Investissements d’avenir (PIA). Il conclut en abordant l’écologie industrielle et dresse l’état des lieux en France métropolitaine des démarches territoriales de ce type.

Informations

Rédacteur :

Administration de Grenoble Ecobiz

Publié le


Thèmes :